Les actualitésNature

Un mois, une espèce : la “cacat’soris”

En janvier, l’association Picardie Nature a lancé de nouvelles enquêtes participatives : Un mois – Une espèce. Pour ce premier mois de l’année, les chauves-souris des caves (ou cacat’soris en Picard) ont été mises à l’honneur.

Oreillard roux en hibernation dans une cave

Oreillard roux en hibernation dans une cave – ©Bernard Couvreur

Où les chercher ?

Dès que les températures baissent, les chauves-souris recherchent un endroit pour hiberner. Elles ont besoin d’une température stable et d’une humidité constante. Par exemple, les caves sont de très bons gîtes d’hibernation. Attention cependant à ne pas les déranger pour ne pas nuire à leur survie. Il faut donc éviter de les éclairer, de faire du bruit, de s’approcher… pour ne pas les réveiller.

Que mangent-elles ?

Ces espèces sont exclusivement insectivores. Elles sont capables de capturer des insectes en plein vol, posés sur des feuilles ou encore à la surface de l’eau. Ce sont des insecticides naturels ! D’ailleurs elles sont actives de mars à octobre, tout comme leurs proies.

Menaces et protection

Toutes les chauves-souris sont menacées par de nombreux facteurs comme l’agriculture intensive, l’aménagement des combles, l’abattage des arbres gîtes… Vous pouvez mener chez vous des actions de protection. Rendez par exemple
vos caves et greniers accessibles et réalisez de petits aménagements qu’elles pourront utiliser toute l’année. Le label “Refuge pour les chauves-souris” valorise les actions citoyennes de protection des espèces mena- cées. En France, toutes les espèces de chauves-souris sont protégées.

Le saviez-vous ?

Les chiroptères sont les seuls mammifères capables de voler. Les espèces se repèrent grâce à l’écholocation. Elles émettent des ondes sonores très rapides et directionnelles qui vont rebondir sur les objets environnants et revenir sous forme d’échos à leurs oreilles chez les oreillards et à leur nez chez les rhinolophes.


Pour février, changement d’espèce, et on passe au “Citron”, ce papillon qui peut produire un antigel naturel qui lui permet de résister à des températures hivernales, à retrouver dans un prochain numéro.

Papillon le Citron

Le « Citron » ou Gonepteryx rhamni – ©Thomas Cheyrezy

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *