Château-ThierryCoronavirusLes actualitésSanté

Les EHPAD : des lieux de vie de toutes les attentions

Olympiades senior, photo Dean Bradshaw

©Photo Dean Bradshaw – Les Années d’Or.

L’on évoque beaucoup en ce moment les drames qui se nouent dans les EHPAD suite à l’intrusion du coronavirus. Mais connaît-on vraiment ces Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes ainsi répertoriés depuis 2006 et devenus depuis le 1er janvier dernier des Etablissement Public Médico-Social (EPMS) ?

EPHAD Chateau thierryUn rappel d’abord : Autrefois, à savoir dans les années 50, 60 et 70, l’entrée en maison de retraite correspondait pour les personnes dites du “troisième âge” à un choix délibéré de mode vie. Il s’agissait souvent de se débarrasser de la plupart des contraintes et préoccupations quotidiennes pour aller se faire “dorloter” et profiter de la vie au milieu de nouveaux amis. Aujourd’hui, le maintien à domicile le plus longtemps possible est de mise. Grâce à l’amélioration des conditions de santé, l’allongement de la durée de vie est un fait tangible. Aussi, c’est à juste titre que le “troisième âge”, déserte totalement, de nos jours, les maisons de retraite au profit du “quatrième âge” représenté par la génération précédente à savoir leurs propres parents. Des 65-70 ans encore valides et désormais en parfaite forme pour la plupart, l’on est passé aux 80-90 ans en perte d’autonomie, souvent affectés de polipathologies et requérant une entière prise en charge. Ainsi, lesdites anciennes maisons de retraite ont-elles dû s’adapter à ces changements de profil de leurs résidentes et résidents. Toutefois, il serait faux de penser que ces quinqua et nonagénaires, quoique nécessitant pour la plupart des soins constants, ont été placés là comme de simples personnes grabataires dans l’antichambre de la mort. Qu’on se détrompe ! Si l’on prend simplement l’exemple de la résidence Bellevue – bien sûr, en temps ordinaire – c’est au contraire toute une vie bien remplie qui se déroule au fil des jours et au rythme Animation en EPHADd’une kyrielle d’animations et de bons moments de convivialité grâce à l’équipe maison mais aussi à de très nombreux intervenants extérieurs de toutes générations (organismes locaux – CLIC, CCAS, associations (VMEH), écoles, collèges et lycées avec des concerts et chorales, des spectacles de théâtre (Compagnie L’Echappée). Sans oublier les grandes dates du calendrier et les fêtes auxquelles nos aînés sont très attachés à l’exemple de l’arbre de Noël, de la galette des Rois ou des œufs de Pâques, du barbecue géant du mois de juin, des gros gâteaux d’anniversaire, des thés dansants ou du repas annuel concocté sur place par le restaurant d’application du lycée hôtelier Saint-Joseph dans le cadre de la “semaine bleue”. Ce bel entrain collectif va jusqu’à l’organisation d’excursions en car d’une journée voire de plusieurs jours pour les plus valides.

Chorale en EPHAD pour des animationsPour mieux nous convaincre de la qualité de vie des plus chanceux de ces pensionnaires, voici le témoignage recueilli alors auprès d’une résidente âgée de 87 ans à l’époque et qui nous a malheureusement quittés il y à quelques années. Elle s’appelait Paulette et c’est l’esprit vif et la parole facile qu’elle répandait la bonne humeur autour d’elle n’hésitant pas à pousser un fauteuil roulant et à donner un coup de main au personnel. « Chaque matin – nous confiait-elle – le réveil sonne à 8 heures, je fais ensuite ma toilette toute seule et je prends un bon ptit déj (sic). Les occupations ne manquent pas au cours de la journée. Le jeudi, je vais à la messe. Il y a aussi les causettes au salon et j’assiste aux jeux de cartes. Pas mal d’activité sont organisées ici. Les écoliers et lycéens nous rendent visite ; on va aussi à la rencontre des petits à l’école maternelle de Blanchard. Quand il fait beau, j’adore aller en bas, au jardin, cueillir des tomates cerises ; du reste, dans le service au dessus, on m’appelle “Madame tomate” ! – rires – J’écoute les informations à la télé mais ma vue baisse et j’aime regarder surtout le football en raison du contraste entre la pelouse et les joueurs avec le ballon. Je me couche vers 22h30… avec mon petit cachet. Ma fille me rend visite régulièrement. J’ai beaucoup d’amis (es) qui viennent me voir ; c’est aussi ma famille ! J’ai un camarade de 96 ans et je peux vous dire que, dans sa chambre, c’est de la franche rigolade ; je l’aime comme un frère. Et puis j’ai une copine de 104 ans, pleine d’humour elle aussi. Vieillir, je veux bien, mais comme ça, au moins ! »

De quoi rectifier la vision que l’on pourrait avoir de l’univers des EHPAD hélas de nouveau livrés aux affres d’un effroyable nouveau fléau. 

Daniel Lambert – Agence de Presse lambert multimedia – Château-Thierry

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *