Château-ThierryCoronavirusHôpitalLes actualitésSanté

L’hôpital rappelle qu’il continue de garantir une prise en charge optimale des autres pathologies

L'équipe du SAMU de l'hôpital de Château-Thierry

Le SAMU castel sur la brèche 24h/24 et 365j/an.

Alors que, depuis ce mardi 14 avril, l’hôpital de Château-Thierry  a ouvert un centre de consultation covid19 animé par un staff de médecins de ville volontaires au service de toute la population afin de diagnostiquer toute éventuelle contamination à un stade précoce, des voix se font entendre dans les milieux hospitaliers pour s’inquiéter de ce que deviennent à l’heure actuelle les autres patients.

En effet, même si, en cette période tendue, les équipes de médecins anesthésistes réanimateurs, infirmiers anesthésistes et infirmiers de bloc opératoire sont fortement mobilisés pour prendre en charge les cas graves causés par le coronavirus, cela n’empêche aucunement les autres pôles de fonctionner normalement. Ce, dans des conditions toujours optimales comme l’a encore récemment rappelé Sylvaine Ducout, directrice de Jeanne de Navarre. Ainsi en va-t-il de la médecine générale, de l’endocrinologie, de la pneumo-cardiologie, de la gastroentérologie, de la chimiothérapie, de la gériatrie ou de la pédiatrie.

Equipe santé de l'hôpital de Château-Thierry

L’équipe du Docteur Nasri Fiani formée protocole AVC.

Habituellement confrontés d’année en année à une incessante croissance des admissions pour atteindre, en 2019, jusqu’à  27 000 prises en charge, les urgentistes, eux-mêmes, se posent bien des questions. De fait, qu’est devenu l’habituel afflux de « cas ordinaires » nécessitant une hospitalisation urgente : suspicion d’AVC ou d’infarctus, insuffisance rénale aiguë ou pulmonaire autre qu’infectieuse, pancréatite ou traumatologie ?

L’équipe du Dr Nasri Fiani, chef du pôle urgences-consultations rappelle que tout est mis en œuvre dans les services pour que malades du covid19 et autres patients ne s’y croisent un seul instant. Ce grâce à un accueil sécurisé et à un mode d’acheminement rigoureusement différenciés.

Passé l’épidémie, nombre de médecins redoutent que les diverses « pathologies courantes » se retrouvent considérablement aggravées du fait d’un manque de suivi. Comme quoi la peur n’évite pas le danger… bien au contraire !

Daniel Lambert – Agence de Presse lambert multimedia – Château-Thierry

Entrée extérieure de l'hôpital de Château-Thierry.

Hôpital Jeanne de Navarre – Tous les services restent opérationnels.

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *